Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Culture et traditions

Expressions françaises autour du pain

  • Retour à la liste
  • Article précédent
  • Article suivant

En cette journée internationale du pain, nous allons présenter aux étudiants en français d’ILA quelques expressions populaires autour du pain. Le pain ayant été longtemps la base de l’alimentation et étant encore, avec la baguette de pain, le symbole du Français, le mot a donné naissance à de nombreuses expressions populaires

Pain_montage

 

SE VENDRE COMME DES PETITS PAINS : lorsqu’un produit se vent très facilement, on dit qu’il se vend ou qu’il part comme des petits pains.

Exemple : « le roman de Valérie Trierweiler- Merci pour ce moment, s’est vendu comme des petits pains »

Cette expression apparue sous cette forme au XXe siècle fut précédée de « se vendre comme du pain » et « s’enlever comme des petits pains ». « Vraisemblablement en référence à un épisode de la vie de Jésus relaté dans la Bible. Pour nourrir la foule affamée venue l’écouter, Jésus prit cinq pains et deux poissons et, demandant l’aide de Dieu, vit le miracle se réaliser : pains et poissons se multiplièrent »

AVOIR DU PAIN SUR LAPLANCHE : Avoir beaucoup de travail à accomplir.

Exemple : « Je dois me lever tôt car j’ai du pain sur la planche ». 

Au début du XXème siècle l’expression signifiait « avoir des ressources pour l’avenir, être assuré de ne manquer de rien », comme le pain se conservait longtemps. Ensuite l’expression prendra au début du XXème siècle son sens actuel et renvoi au travail difficile du boulanger qui devait pétrir le pain longuement sur la planche ou celui qu’il faut gagner péniblement.

C’EST DU PAIN BÉNI(T) : c’est bien fait, bien mérité

Expression familière qui désigne au sens propre le pain bénit au cours d’une messe et dont on distribue les morceaux aux fidèles. Au sens figuré, l’expression « c’est du pain bénit » s’emploie pour parler de quelque chose perçu comme une aubaine, comme quelque chose qui aurait reçu la bénédiction divine.

 

ÇA NE MANGE PAS DE PAIN  : Ça ne coûte rien (même si ça n’a aucun intérêt). Ça ne provoque rien de désagréable (même si ça n’apporte pas grand chose)

Exemple : « Les pièces de 100 Francs en argent n’ont maintenant presque plus aucune valeur. Mais je vais quand même garder les miennes, ça ne mange pas de pain. »

Autrefois, le pain était une des bases de l’alimentation et que, par conséquent, il occupait une part importante du budget nourriture. Comme, du coup, toute consommation abusive de pain grevait ce budget, si quelque chose n’avait aucun impact sur le stock de miches, alors il n’y a avait pas de raison de s’en passer, tant que ça n’avait pas de conséquences désagréables et même si ça n’avait pas grand intérêt.

 

POUR UNE BOUCHEE DE PAIN : pour presque rien, pour un montant dérisoire

 » J’ai acheté ce sac Dior au Puces pour une bouchée de pain »

GAGNE-PAIN : travail, activité permettant de gagner sa vie.

Exemple : « la musique est son gagne-pain »

LONG COMME UN JOUR SANS PAIN : situation pénible interminable, ennuyeux

Exemple : après quelques semaines de vacances, le premier jour de travail est long comme un jour sans pain.